Home

 

Les Travaux de la Terre

Comme l'activité pastorale, l'agriculture est apparue au Pays Basque il y a environ 5 000 ans. Au début, cette nouvelle activité se répandit dans les plaines d'Alava, de Navarre et du Labourd, car c'étaient les plus appropriées à la culture. Dans le reste du Pays Basque, montagneux et couvert de forêts, c'est l'activité pastorale qui était devenue le moyen de subsistance le plus répandu. Quoi qu'il en soit, un peu plus tard, le plus courant sera d'alterner les deux.

Les fermes possédaient trois ou quatre vaches, quelques chevaux, des brebis, des porcs et des poules, sans oublier une paire de boeufs. La manière de diviser le temps était étroitement liée à l'agriculture, ainsi qu'on peut observer dans les noms de certains mois. L'année des cultivateurs, des laboureurs, commençait en novembre, azaroa qui signifie la maison des semailles.

Dans certains dialectes, le mois d'avril se dit jorrailla, c'est à dire le mois du sarclage,  et le mois de mai, ostoilla ou orilla, mois des feuilles. En certaines régions du Guipuzcoa et de Navarre, on nomme juin garagarilla, mois de l'orge.  Le mois de juillet se dit uztaila, mois du blé, le mois d'août, se dit agorrilla, mois de la sécheresse ; septembre, iraila, mois des fougères, et octobre, urrilla, le mois des noisettes.


Dans la zone humide dont les eaux se jettent dans l'Atlantique, on cultive notamment du mais, du navet pour le bétail, des légumes et des pommes. En revanche, dans la partie sud du Pays Basque, c'est à dire sur le versant Méditerranéen, on cultive surtout du blé, mais la vigne y est également trés répandue. Ainsi que nous l'avons dit, les travaux commençaient en février par le labourage des terres qui s'effectuait à l'aide de laias ou avec une charrue. puis on semait, et afin que les graines soient bien enfoncées dans la terre, on passait un outil appelé are.

Pour casser les mottes de terre, on employait l'essi ou narra. Vers février, on bonifiait les terres avec le fumier, zimaura / gorrotza. Avec le printemps venait le temps du sarclage que l'on faisait à la pioche - aitzurra -, et enfin, l' été, la saison de la récolte - uzta - des fruits du travail de l'année que l'on réalisait à l'aide de la faux - sega - ou de la faucille, igitaia. Ensuite, on battait le blé pour séparer les grains de la paille.

 

Retour Page d'Accueil

Source : extrait du livre Orhipean Le Pays de la langue Basque